Programme Nouvelle Génération des Professionnels de l’Aviation (NGAP)

Afin de faire face à la pénurie annoncée de personnel qualifié pour l’industrie de l’aviation civile internationale, l’OACI a mis en place un programme pour sensibiliser les jeunes à ces métiers, proposer des formations, et promouvoir la coopération entre industriels et universités.

Histoire et contexte

L’initiative NGAP (New Generation of Aviation Professionals) a été lancée en 2009 avec l’objectif d’assurer que suffisamment de professionnels de l’aviation qualifiés et compétents soient disponibles pour faire face à l’augmentation importante du trafic aérien dans les prochaines années.

D’après l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), le trafic aérien mondial devrait doubler d’ici 2032 avec une croissance de 4.6 % du nombre de passagers par an en moyenne. Afin de suivre à cette évolution, le secteur aviation devra recruter d’ici 2036, 1,3 millions de nouveaux techniciens, 125 000 contrôleurs et plus de 620 000 pilotes. Or, la main d’œuvre actuelle n’est pas suffisamment nombreuse pour y remédier en raison de nombreux départs prochains à la retraite, d’un manque d’accès à une formation abordable et de compétences harmonisées dans certaines disciplines, d’un manque de sensibilisation de la jeunesse aux types d’emplois du secteur, et de la concurrence et l’attractivité d’autres secteurs.

JPEG

JPEG - 48.4 ko
Besoin en pilotes et contrôleurs aériens pour les 20 prochaines années
Crédits : OACI

Le NGAP touche également à d’autres principes clefs de l’OACI, tel que la promotion des femmes dans l’aviation, qui, en suscitant des vocations, permettra d’élargir les viviers de jeunes talents.

Dès 2009, le Secrétariat de l’OACI a créé un Groupe de travail sur les NGAP composé de 29 représentants de l’industrie, de fournisseurs d’éducation et de formation, d’organismes de réglementation, et d’organisations internationales, dont les objectifs à court terme sont d’inventorier les données de planification des ressources humaines, identifier et soutenir les initiatives visant à sensibiliser la prochaine génération et trouver les moyens d’harmoniser les règlements de formation. Ce groupe s’est réuni à quatre reprises, la dernière fois au moment du sommet mondial de 2017. Les réunions étaient ouvertes à toute personne désirant en faire partie, sans réelle feuille de route sur les activités du NGAP à long terme.

Principaux documents

En 2016, l’initiative est devenue un programme, le programme NGAP, suite à l’adoption par la 39e session de l’Assemblée de la résolution « A-39-29 : prochaine génération des professionnels de l’aviation ». Il est financé par les ressources du budget régulier de l’OACI pour 2017-2019, et par certaines contributions extra-budgétaires.

Lors de l’Assemblée de 2016, les Etats Membres de l’OACI ont également incorporé le NGAP dans le Plan mondial pour la sécurité de l’aviation GASP (Appendice B, ressources de mise en œuvre disponibles pour les États – 4. Programme de la prochaine génération des professionnels de l’aviation), et dans le Plan mondial pour la navigation aérienne GANP (Chapter 2 -Training, Recruiting and Human Performance Considerations), ainsi que dans le business plan de l’OACI 2017-2019.

Le programme est aussi rattaché à la résolution « A39-30 : Programme OACI pour l’égalité des sexes visant à promouvoir la participation des femmes dans le secteur mondial de l’aviation » et la résolution « A39-25 : Contribution de l’aviation au Programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 ».

Objectifs principaux

- Sensibiliser les acteurs du secteur au futur manque de personnel dans l’aviation ;

-  Établir une plateforme pour permettre aux États et acteurs de l’industrie d’identifier leurs futurs besoins en personnels et les aider à établir des stratégies pour attirer, éduquer et conserver les professionnels de l’aviation ;

- Aider les États et l’industrie en offrant conseils et outils pour promouvoir les carrières en aviation auprès de la jeunesse ;

- Promouvoir la coopération et la coordination entre la communauté éducative et la communauté mondiale de l’aviation pour attirer, éduquer et conserver la future génération des professionnels de l’aviation ;

- Sensibiliser la jeunesse, et notamment les enfants, à l’enseignement des STIM (Sciences, technologie, Ingénierie et Mathématiques) ainsi qu’à l’aviation en général.

Événements

Symposiums et sommets mondiaux

Après un premier sommet mondial de NGAP en 2017 à Montréal, l’OACI a organisé un deuxième sommet à Shenzhen, en Chine, du 12 au 14 décembre 2018.

JPEG - 47.4 ko
La Secrétaire Générale de l’OACI Dr. Fang Liu au sommet mondial du programme NGAP à Shenzhen en Chine en 2018
Crédits : OACI

Le forum de Shenzhen était l’occasion d’annoncer la création du réseau ALICANTO (« réseau mondial des universités de l’aviation »). Six universités du monde entier font partie du réseau pour l’instant, dont l’ENAC. L’objectif est de faciliter les échanges et les rencontres entre universités, organisations internationales, industries et acteurs divers de l’aviation. Bien que l’idée du réseau fût pensée par l’OACI, l’organisation n’y sera pas forcément associée dans le futur.

Deux symposiums mondiaux ont eu lieu à Montréal, en mars 2010 et en décembre 2014, et huit symposiums régionaux ont été organisés de 2011 à 2013 au sujet du programme NGAP.

Concernant l’égalité des sexes dans l’aviation, l’OACI a organisé un Sommet mondial en août 2018 en Afrique du Sud. Lors de cet événement, il a été souligné l’importance de disposer de données ventilées par sexe, de promouvoir les partenariats entre parties prenantes, d’obtenir une législation favorable à la parité, ou encore d’encourager les jeunes femmes aux études scientifiques et technologiques.

Simulations de l’OACI

Des simulations de négociations à l’OACI (« Model ICAO ») ont eu lieu en parallèle des 2 sommets mondiaux NGAP. En 2018, elle a regroupé 120 étudiants qui se sont affrontés sur des thématiques précises rattachées à l’OACI. Ces derniers se sont répartis quatre cas pratiques différents portant sur les UAS (Unmanned Aerial System – aéronef non habité), les transports de marchandise dangereuse, les bénéfices socio-économiques du transport aérien, et la sûreté de l’aviation. Le nombre de participants à la simulation du forum de Shenzhen a doublé par rapport au premier forum.

JPEG - 74.8 ko
Etudiants participant à la simulation OACI lors du premier sommet mondial du programme NGAP à Montréal en 2017
Crédits : OACI

Chaque année, l’Université du Québec à Montréal (UQAM), en collaboration avec l’OACI, la Mission permanente du Canada auprès de l’Organisation et la Société québécoise de droit international (SQDI) organise une simulation de l’OACI au sein du siège de l’Organisation à Montréal. Cet exercice est soutenu par le programme NGAP. Il attire des étudiants du monde entier, qui, pendant une semaine, s’initient aux négociations dans le domaine de l’aviation civile internationale. De nombreux étudiants français y participent chaque année.

Les initiatives du NGAP

Le NGAP est un programme sponsorisant lui-même différentes initiatives.

Initiatives de l’OACI

Le programme a notamment permis :
- La publication du document 9956 « Prévisions mondiales et régionales à l’horizon de 20 Ans » (Global And Regional 20 Year Forecasts : Pilots, Maintenance Personnel, Air Traffic) en 2010, puis sa version mise à jour en 2018 ;
- Le soutien à l’ONG Dreams Soar Inc (DSI), créée par Shaesta Wai, première pilote certifiée d’Afghanistan et plus jeune femme à accomplir un vol autour du monde dans un avion monomoteur, de mai à octobre 2017. Avec Dreams Soar, son but était de promouvoir l’enseignement des STIM envers les femmes et la jeunesse. L’OACI a fourni une aide pratique en permettant à la pilote d’atterrir, de partir et de voler dans des endroits où cela n’est pas possible habituellement ;
- La publication de lettres d’informations appelées « outreach group newsletters » faisant la promotion des activités du programme.

JPEG - 4.8 Mo
Shaesta Wai dans son avion, pendant la mission Dreams Soar

Formations

La formation des futurs acteurs du transport aérien est cruciale pour suivre la croissance du trafic. Il est nécessaire de former les jeunes à tous les métiers du secteur, mais aussi de former des instructeurs qui transmettront leurs connaissances et expertises.

L’OACI propose de nombreuses activités de formation au sein du Bureau de la formation (GAT Office – Global Aviation Training) du secrétariat de l’Organisation. Le GAT anime entre autres le programme Trainair Plus, qui regroupe les institutions et centres universitaires qui dispensent des formations aux métiers de l’aviation reconnues par l’OACI. Ce réseau compte plus de 100 membres, qui développent et délivrent plus de 200 modules de cours. En France, l’ENAC, le CAMAS International et le Centre français de formation des pompiers d’aéroport (C2FPA) sont membres du réseau. La mission de ce programme est d’améliorer la sécurité et l’efficacité du transport aérien en mettant en place des normes de formations et de compétences pour le personnel de l’aviation au niveau mondial et à bas coût. Un accent particulier est mis sur la formation des formateurs.

Le GAT offre un cours sur les « fondamentaux du système du transport aérien » (Fundamentals of the Air Transport System – FATS) accessible en ligne, gratuitement et par tous, pour aider étudiants et jeunes professionnels à découvrir le domaine de l’aviation et ses opportunités.

L’OACI s’est également associée avec l’Association du transport aérien international (IATA – International Air Transport Association) et le Conseil international des aéroports (ACI – Airport Council International) pour aider au développement des futurs dirigeants et experts de l’industrie du transport aérien, en créant le Programme pour les jeunes professionnels de l’aviation (YAPP – Young Aviation Professionals Programme). Ce programme permet à de jeunes professionnels de travailler au sein des 3 organisations pendant 1 an à Montréal pour développer leurs connaissances sur la régulation de l’aviation civile internationale.

Perspectives d’évolution

L’OACI est en train de mettre en place une taskforce pour le programme NGAP. Elle réunira les membres actifs des anciens groupes de travail. L’objectif de la taskforce sera d’organiser, planifier et regrouper les activités et initiatives du programme. Elle permettra aussi d’identifier ses futures priorités et travaillera notamment à établir une feuille de route pour aider l’industrie à faire face aux défis actuels et futurs du manque de personnels. Elle cherchera également à convaincre un plus grand nombre de pays à rejoindre le NGAP. Un groupe de travail interne au Secrétariat sera également mis en place afin de mieux coordonner les activités de l’Organisation à ce sujet.

A l’occasion des 75 ans de la Convention de Chicago relative à l’aviation civile internationale, à l’origine de l’OACI, plusieurs événements sur le thème de l’innovation sont organisés pour l’automne 2019. Un concours de design d’avions du futur est dédié à la jeunesse, et une foire de l’innovation aura lieu peu avant la 40e Assemblée de l’OACI. L’organisation espère ainsi encourager de nouvelles vocations afin de relever le défi d’une croissance responsable du transport aérien.

L’OACI pourrait s’associer à certaines agences de l’ONU comme l’UNESCO dans le cadre de leur concours avec Airbus « fly your ideas », qui regroupe des milliers d’étudiants réfléchissant au futur de l’aviation. L’OACI a déjà collaboré avec l’UNESCO dans le cadre du programme NGAP avec l’initiative « think pink- hard hats » du sommet mondial NGAP 2017, visant à promouvoir les STIM auprès des écolières.

L’OACI veut étendre le programme à tous ses objectifs stratégiques. Les bureaux régionaux de l’OACI deviennent également de plus en plus actifs et impliqués dans sa promotion. Le programme vise aussi la promotion des STIM à plus grande échelle dans l’éducation des femmes et de la jeunesse.

En savoir plus

Dernière modification : 30/07/2019

Haut de page